Je vous invite à partager !

Depuis que j’ai lu le livre « Osez Réussir » de Carol S. Dweck, (référence), je ne vois plus de la même manière la façon d’encourager les enfants. L’auteure fait une comparaison détaillée entre l’état d’esprit fixe et l’état d’esprit de développement dans l’éducation d’un enfant. Il y a une façon de parler aux enfants pour qu’ils restent focalisés sur la réussite.

1- Les félicitations

L’enfant a une bonne note, mais il n’a pas travaillé pour ? Comment allez-vous le féliciter ?

Si nous lui disons qu’il est très bon, avoir une bonne note sans avoir travaillé, c’est qu’il est très intelligent. Nous l’encourageons alors à croire en son intelligence et à ne pas travailler. C’est ce qu’on appelle avoir un état d’esprit fixe.  

Si nous lui disons qu’il a réussi à avoir une bonne note sans avoir travaillé et que nous ne sommes pas fiers de lui pour ça, notre enfant va s’apercevoir que sa note n’était pas méritée. Il saura ainsi que le travail doit être fait pour mériter une bonne note et les félicitations de ses parents. Nous pouvons ainsi lui dire que nous nous attendons à avoir du travail pour recevoir une bonne note. Cette façon de parler à l’enfant va l’encourager à adopter un état d’esprit de développement.

Nous tombons tous dans le piège de l’encouragement gratuit. Nous aimons voir que nos enfants sont intelligents. Nous sommes flattés par leur bon résultat et nous avons une fierté de voir que l’enfant n’a pas pris beaucoup de temps à étudier.

C’est quand même assez simple de leur donner un état d’esprit de développement, mais nous avons toujours envie d’encourager nos enfants pour qu’ils ne souffrent pas. Nous croyons à tort que son intelligence permettra de passer à travers toutes les épreuves de l’école sans souffrir. Nous pensons à tort que le temps qu’il n’aura pas à mettre pour les études puisqu’il est intelligent, pourra être investi dans d’autres activités.

Mais c’est une grande erreur. Parce que l’enfant va penser que s’il travaille, il va montrer qu’il n’est pas intelligent. Il pensera que s’il est intelligent, il n’aura pas besoin d’étudier longtemps pour obtenir des bonnes notes.

2- Quelle est notre responsabilité en tant que parent ?

Notre responsabilité revient à montrer à nos enfants que rien n’est acquit sans étudier ou travailler. C’est la responsabilité aussi aux professeurs de pousser un enfant qui a des facilités à l’école, pour lui montrer que nous devons toujours prendre du temps à étudier.

Imaginons maintenant qu’une petite fille de 3 ans, qui connait toutes ses couleurs, ses chiffres, ses lettres avant d’entrer à l’école. Qu’est-ce qui va arriver quand elle va entrer en maternelle, elle va déjà connaitre la plupart des choses qu’un enfant doit apprendre en maternelle. Elle va s’apercevoir qu’elle n’a pas besoin de travailler parce qu’elle sait déjà. Et là c’est terrible. Elle développe déjà son état d’esprit fixe.

C’est un message terrible aux enfants. Les professeurs et les parents jouent un rôle très puissant sur l’état d’esprit des enfants. Si le professeur demande à cette petite fille, alors qu’elle connait déjà ses lettres, d’aider ses amis qui ne connaissent pas leurs lettres, elle va se sentir comme un substitut au prof. Quel est le message ? La petite fille n’apprend plus ? Elle sait déjà tout ? Mais c’est terrible de donner ce message à un enfant !

L’enfant s’aperçoit qu’il n’a pas besoin d’étudier car il sait déjà tout. Il developpe alors un état d’esprit fixe.

Cet enfant n’aura pas forcément des bonnes notes tout le temps, puisqu’il n’étudie pas. Admettons qu’il obtienne maintenant une mauvaise note. Qu’est-ce qui se passe dans sa tête ? Il est découragé ? Il ne veut plus rien apprendre parce que ça ne sert à rien ?  

Mais c’est terrible, qu’est-ce que cet enfant peut faire pour changer son état d’esprit ?

école

3- À l’adolescence

Admettons qu’un jeune adolescent a toujours eu des bonnes notes sans rien étudier.

Les adolescents sont typiquement des jeunes qui se jugent beaucoup, avec un état d’esprit souvent fixe. Malheureusement il y a beaucoup de jeunes qui décrochent parce qu’ils ne savent pas comment faire pour développer leur intelligence. Ils pensent leur intelligence est une dose qu’ils reçoivent à la naissance et qu’ils gardent toute leur vie.  Mais finalement ils s’aperçoivent que leur intelligence est limitée, en n’étudiant pas ! Ils se sentent dépassés par les notions qu’ils n’apprennent pas à l’école, car ils n’ont pas compris qu’il faut étudier ! Alors ils abandonnent. Mais c’est tout le contraire qu’il faut faire !

En tant que parents, nous devons faire comprendre à notre enfant et surtout aux adolescents, comment ils doivent travailler l’école. Nous devons être conscients que l’état d’esprit fixe de l’adolescent doit être changé en état d’esprit de développement.

L’adolescent doit comprendre que son intelligence se développe en la travaillant. Qu’il doit avoir des rêves et mener à bien ses études pour y arriver. Que ce n’est pas son intelligence innée qui va lui permettre d’aboutir à ses rêves. S’il veut continuer des études dans un domaine qu’il aime, il doit s’apercevoir qu’il faut travailler, qu’il pourra développer son intelligence en poussant le travail du cerveau, en passant des heures et des heures sur un sujet. C’est là qu’il pourra réussir.

lecture intense

4- Le QI

L’intelligence ne se mesure pas avec le QI. Il faut arrêter de penser que nous devons la mesurer. Nous devons arrêter de catégoriser les gens sur un niveau d’intelligence. Si nous reconnaissons que nous avons une intelligence depuis la naissance, grâce à la génétique, nous nous limitons beaucoup.

L’intelligence, selon Carol S. Dwerck, s’acquiert et se développe quand les gens s’entraînent et apprennent de nouvelles choses. Le cerveau forme de nouvelles connexions lorsque nous lui apportons des données et passons du temps à le faire travailler.

Comme pour les personnes âgées, nous les stimulons avec des jeux de mémoire et de stratégie, nous devons penser à faire ceci toute notre vie.

Pourquoi nous acceptons qu’un adolescent échoue car il se croit non-intelligent ? Si les adolescents ne veulent plus aller à l’école, que faites-vous ? Les adolescents adorent apprendre de nouvelles choses et les expérimenter. Alors que devons-nous faire pour qu’ils continuent à apprendre et développer leurs habiletés ?

Admettons que quelqu’un veut apprendre la magie. Nous sommes d’accord pour dire que nous devons passer beaucoup de temps sur les livres et la pratique pour devenir un bon magicien ! Nous ne devenons pas magicien par la génétique ! En s’abonnant à des revues de magie, la personne devra travailler très fort des heures et des heures, en ne tombant pas dans le piège du découragement.

Quand l’enfant ou l’adolescent commence à apprendre sur un sujet et qu’il s’aperçoit que ce sont des heures et des heures de plaisir d’apprentissage, il développe son état d’esprit de développement.

Prenons par exemple les bébés. Ils ne parlent pas donc ils ne sont pas intelligents ? Personne ne dit qu’un bébé n’est pas intelligent parce qu’il ne sait pas parler et ne sait pas marcher !!

Alors c’est la même chose avec un adolescent, un adulte ou un vieillard. Tout le monde peut prendre du temps pour apprendre une nouvelle chose sur un sujet particulier et devenir un expert, si nous prenons le temps de l’apprendre, de l’expérimenter, de s’entraîner.

5- Comment féliciter notre enfant ?

Alors arrêtons de dire à l’enfant qu’il est intelligent, que c’est super de ne pas avoir eu besoin de réviser pour cet examen !

Cette façon de féliciter va développer l’état d’esprit fixe d’un enfant. Il n’arrivera pas à s’en sortir tant qu’il n’apprendra pas à travailler. L’état d’esprit de l’enfant va être gâché par des paroles aussi simples que celles-ci.

En revanche si un enfant qui n’a pas travaillé, obtient 19/20, nous devons lui dire que nous ne sommes pas fiers de lui. Quand les choses vont se corser à l’école, nous devons l’encourager à étudier. Le meilleur encadrement que nous pouvons faire est de s’assurer qu’il trouve la méthode pour étudier.

 

Question du jour : Comment félicitez-vous vos enfants ?

apprendre

Les lecteurs ont aussi lu : 4 bonnes raisons de faire du camping

Amicalement, 

Sophie

école

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Je vous invite à partager !

MONOPARENTALITÉ HEUREUSE

Bienvenue sur

mon blog !

Recevez, si vous le souhaitez, mon guide : 

« 3 étapes pour apaiser les conflits de séparation – divorce »