Je vous invite à partager !

Recevez gratuitement le guide :

« 3 étapes pour apaiser les conflits de séparation – divorce »

Conflit entre les parents, comment mener la discussion

Entrevue avec sara, ciseleuse de réussite

« Bonjour !

Je suis Sophie, blogueuse sur la thématique de Monoparentalite-heureuse.com

Et j’accueille aujourd’hui Sara qui est blogueuse aussi sur la thématique de tout-vous-reussit.com. Elle est une experte dans les méthodes pour réussir à atteindre des objectifs.

Bonjour Sara !

Est-ce que tu peux nous expliquer ce vers quoi tu vas quand tu blogues sur la thématique de Tout vous réussit ? »

Sommaire

Sara : « Oui, bonjour ! J’ai pris comme surnom de blogueuse : ciseleuse de réussite. J’essaie à travers mon blog qui s’intitule « Tout vous réussit » et mon podcast qui s’intitule « Tout vous réussira », de donner des conseils, quelle que soit la thématique sur laquelle on a envie de réussir. Ça peut être un projet, des discussions, enfin, peu importe, sur tout ce qu’on a envie de réussir.

J’essaie de montrer que quand on s’accroche, quand on tient à son projet, quand on ne baisse pas les bras, on réussit. »

Sophie : « C’est très intéressant ! Alors aujourd’hui, on va discuter de conflit entre les parents :  avant qu’ils se séparent, pendant la séparation, des conflits de discussion après séparation parce que les parents ont des enfants en commun, donc les conflits concernent en fait différentes étapes dans leur vie de parents.

Sara, qu’est-ce que tu pourrais nous conseiller pour arriver à une discussion avec notre ex conjoint.e ? »

Monoparentalite-heureuse

Le pouvoir des mots

Sara : « Je crois beaucoup au pouvoir des mots. Le premier conseil que je donne même quand on se parle à soi-même, la petite voix qu’on a dans la tête qui nous guide un peu dans la vie, c’est toujours faire attention aux mots qu’on utilise : que ce soient des mots positifs, que ce soient des mots bienveillants ou encore des mots qui nous rechargent en énergie.

Je pense qu’il faut chercher avant tout quel est notre objectif. C’est à dire ne pas chercher à avoir raison, mais à se dire quel est mon objectif ?

Si l’objectif par exemple avec un conjoint avec qui on est encore est de rester avec, essayez d’apaiser les choses. L’énervement est mauvais pour la santé, c’est mauvais pour tout le monde !

De même quand on est déjà séparé et que l’on doit encore discuter avec son conjoint parce qu’il y a un ou des enfants ou encore parce qu’on a des choses en commun à gérer, par exemple, une maison, des meubles.

Ne pas vouloir à tout prix avoir raison

C’est de ne pas vouloir à tout prix avoir raison ou avoir le dessus sur l’autre, mais de savoir que la plupart du temps, notre intérêt, c’est d’apaiser les conflits.

Ça ne veut pas dire tout accepter de la part de l’autre !

Ça veut dire garder un ton calme, toujours utiliser des phrases correctes et essayer de réfléchir pour que justement on ne regrette pas : des phrases, des propos qu’on aurait eus et qui sont sortis sous le coup de l’énervement.

Ce que je conseille, c’est de préparer en amont les discussions.

Sur le blog (tout-vous-reussit.com), il y a plusieurs articles où j’ai conseillé de s’enregistrer, de préparer les discussions.

Il y a des discussions qu’on peut prévoir parce qu’elles sont de notre initiative, je conseille de les préparer. Alors on peut prendre des notes quelque part sur ce qu’on a envie de dire. On peut bien sûr s’enregistrer, faire une sorte de de jeu de rôle. Et après je conseille aux gens de les écouter et de reformuler au besoin.

Connais-tu le fameux « tu qui tue » ? Il faut éviter de lui dire « Oui, tu es toujours en retard. Je ne peux pas compter sur toi, etc »

Il faut éviter le « tu » en fait, il va falloir dire à la place : « j’ai l’impression que l’on n’arrive pas à s’entendre. J’ai la sensation que l’on ne s’était pas compris sur l’horaire auquel tu devais arriver à la maison, etc »

D’autres expressions sont aussi à éviter. Par exemple, « il faut, on doit, tu devrais » L’autre va moins s’opposer parce que ça ne ressemble pas à une obligation.

Voilà, c’est en s’écoutant que l’on peut s’ajuster, ni trop fort ni trop bas, que ça soit des choses calmes et des mots positifs.

BIENVENUE

Sur mon blog

Monoparentalité Heureuse

où j’écris des articles sur la gestion des conflits, le bien-être des parents et des enfants, la parentalité, la vie de parents seuls, etc…

Contactez-moi pour des suggestions d’articles !

J’ai très hâte de vous lire !

Toujours penser au bien-être de l’enfant

Aussi nous devons toujours penser au bien-être de l’enfant. Donc formuler les choses : « voilà, j’aimerai te faire une proposition, … J’aimerais qu’on s’organise comme ça, etc ». Dans l’intérêt de tous, éviter de s’opposer, par exemple : « non, j’aurais besoin que tu le gardes telles vacances parce que moi je ne peux pas pour mon travail. », alors si l’autre est dans le conflit et l’opposition, il va tout de suite dire non. Tandis que si on lui présente les choses en lui disant « Voilà, notre enfant a besoin de passer du temps avec toi, de partir en vacances avec toi, donc qu’est-ce que tu en dis qu’on s’organise, je te fais une proposition, qu’est-ce que tu en dis ? Sur quoi on pourrait s’entendre ? Pour justement trouver des compromis, ne jamais être fermé.

Conseil : faire un tableau à 3 colonnes

Un autre conseil que je donne : C’est de faire un tableau avec 3 colonnes.

Dans la première colonne, on peut mettre les thématiques qu’on va devoir aborder avec notre ex conjoint.

Au milieu, ce serait-ce qu’on veut, ce qu’on va demander, mais toujours en le formulant, non pas sous une forme d’obligation. Mais voilà, moi ce que je te propose, ce que j’ai pensé pour le bien-être de notre enfant, etc.

Et puis dans la 3e colonne, c’est essayer de noter ce qu’on est prêt à concéder à l’autre. Pour se préparer à la discussion, c’est à dire si l’autre n’est pas d’accord avec notre proposition, qu’est-ce qu’on est prêt à concéder ?

Le fait de se préparer au mieux déjà, ça nous met en confiance pour la discussion qui va avoir lieu. Et puis on sait déjà sur quel point on peut bien lâcher prise : « OK je veux bien te donner ça, mais est-ce qu’en échange moi je pourrais avoir quelque chose ? »

Refuser de se laisser emporter

Voilà, si on s’est bien préparé en amont, il me semble qu’on a confiance en soi, qu’on est beaucoup plus calme. Et ça, c’est important. On sait comment amener les choses et garder son calme, toujours pour essayer d’avoir une belle communication avec l’autre. Ce n’est pas toujours évident, surtout si l’autre est vraiment énervé.

Mais je pense qu’il faut à tout prix refuser de se laisser emporter dans une discussion trop conflictuelle. C’est à dire il y a des moments, si on voit que l’autre n’est pas du tout sur la même tonalité que soi ou trop énervé, il faut pouvoir lui dire : « Bon écoute, ce n’est pas aujourd’hui qu’on va prendre des décisions, donc est-ce qu’on peut revoir une date ultérieure ? »

photo Sophie Enné

Je suis Sophie

blogueuse sur les thématiques de : 

Saines habitudes de vie

et

Monoparentalité heureuse

Nos lecteurs ont été captivés par la lecture de : 3 livres, 3 inspirations pour limiter et résoudre les conflits

Pas de conflit devant les enfants

Surtout pas de conflit devant les enfants, ça me semble une évidence. Donc refuser les discussions dans lesquels on n’est pas tous les deux d’accord : pas devant les enfants. C’est vrai que parfois les gens n’y pensent pas : les ex-conjoints discutent au moment où l’un ramène les enfants et ce n’est pas très bon. Il vaudrait mieux se dire : « Bon, j’ai des choses à te dire donc je vais t’appeler dans la semaine ou est-ce qu’on pourrait se voir cette semaine et en profiter quand les enfants sont à l’école où sont à la garderie ? »

À la limite si on n’a pas de conflit à régler, ça peut être l’occasion de montrer aux enfants que les parents s’entendent positivement pour eux, par exemple : « Dimanche prochain, au lieu de le ramener à 18h, j’aimerais bien le ramener à 20h00 parce que on va à une fête. »

Si on sait que l’autre a de grandes chances de dire, oui c’est okay, alors l’enfant va voir qu’il y a une très bonne communication qui passe entre ses parents. Mais si on sait que ça risque d’être conflictuel, il ne faut pas aborder le sujet devant ses enfants. »

Monoparentalite-heureuse

La visualisation

Sophie : « Est-ce que la visualisation peut aider dans un cadre de conflit? »

Sara : « Oui, bien sûr. Comme j’ai dit tout à l’heure, je conseille de préparer les discussions. C’est pareil pour la visualisation.

Si vous avez l’habitude de faire de la méditation, vous pouvez faire des méditations particulières où vous allez visualiser la discussion avec votre ex-conjoint ou votre conjoint.

Si vous êtes encore dans le couple et vous allez par exemple visualiser une discussion dans un lieu de votre maison, ou bien sur le pas de la porte ou l’endroit où vous avez l’habitude de discuter avec la personne.

Imaginez justement qu’il y a de la bienveillance, que vous êtes calme, que les choses se passent bien.

Pour la loi de l’attraction, on demande que ça se passe bien. Qu’on y croie ou non, peu importe, l’important c’est d’avoir des visualisations qui vous disent « Ça va bien se passer, je vais être apaisé, je vais garder mon calme, je vais utiliser des mots qui sont positifs. Je vais utiliser les bonnes expressions ».

C’est bien de visualiser en amont, de voir aussi son enfant et quelque chose de protecteur. Ça peut être une bulle, ça peut être ce que vous voulez, en fait, ce qui va vous venir à l’esprit et c’est de visualiser que les choses vont bien se passer.

Parce qu’au final, je le sais par expérience, moi aussi j’ai été dans cette situation, de me retrouver à avoir à être séparée du père et de devoir gérer ces situations.

Il me semble que souvent, quand on est chez soi et qu’on est dans cette situation, c’est douloureux et on pleure. On ne sait pas comment ça va s’arranger, on imagine toujours le pire. Mais finalement, ça se passe souvent mieux.

Il y a toujours des solutions

Même s’il y a parfois des situations qui sont très délicates, il y a toujours des solutions. Certaines mairies mettent en place des solutions pour que les discussions se passent avec un médiateur.

Voilà pour moi la visualisation, c’est vraiment de se dire : « je ne reste pas avec mes problèmes, je ne reste pas avec mes larmes et mes difficultés sous prétexte que l’autre m’a mal parlé ou qu’elle a refusé tout ce que je proposais. »

Sophie : « Merci Sara, très intéressant, merci pour tous tes conseils ! Voici maintenant les liens pour accéder au blog de Sara, avec tous ses articles :

https://tout-vous-reussit.com

 

Sara : « Merci à toi pour ton invitation et puis j’espère que chacun peut trouver une méthode parce qu’il y en a plusieurs ! Chacun peut développer sa façon de s’y prendre.

Sous les articles vous pouvez faire des commentaires, c’est toujours intéressant de partager. »

 

Sophie : « Merci beaucoup Sara et au plaisir pour un autre sujet ! 

Bien à vous, 

Sophie

Nos lecteurs lisent aussi : Séparation et conflit, comment s’en sortir

À vous la parole !

Laisser nous un commentaire sur ce sujet : 

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez gratuitement le guide :

« 3 étapes pour apaiser les conflits de séparation – divorce »


Je vous invite à partager !

MONOPARENTALITÉ HEUREUSE

Bienvenue sur

mon blog !

Recevez, si vous le souhaitez, mon guide : 

« 3 étapes pour apaiser les conflits de séparation – divorce »