Je vous invite à partager !

Quand les pommes tombent du pommier, elles ne tombent pas loin du pied pour la plupart mais il y en a d’autres qui tombent un petit peu plus loin que la branche la plus éloignée du tronc.

Cette très belle image peut être projetée sur nous : nous, les parents, sommes le pommier et nos enfants sont nos pommes !

Alors qu’est-ce que ça veut dire finalement que nos enfants ne tombent pas bien loin de nous ? Nous ne parlerons pas ici de génétique.

Notre enfant va vivre avec nous pendant environ 15-16-20 ans. Un peu plus ou un peu moins, pour certains. Toutes ces années-là, l’enfant nous voit agir, il nous entend et finalement nous imite. Nous sommes leurs références ! C’est important de s’avoir que tout ce que nous faisons, tout ce que nous disons, va être enregistré par nos enfants.

Au niveau alimentaire

Évidemment que nos enfants s’habituent à nos repas, notre style alimentaire, les aliments que nous utilisons le plus !

L’enfant va développer ses propres goûts, mais nous resterons sa source : notre façon de cuisiner, d’agrémenter les repas, d’organiser les repas, de servir ! Tout ce que nous faisons va être sa référence.
Si nous aimons beaucoup de sucre et qu’il y en a partout dans la maison, les enfants vont prendre cette habitude aussi ! 

Référence intéressante : 5 clés pour limiter le sucre

Les paroles

L’enfant va nous entendre, il va aussi écouter ce qui se passe dans la cour de l’école. Cependant j’ai remarqué avec les miens, qu’à la maison, ils ne s’expriment pas comme dans la cour de récréation.

Je m’explique ! À la maison, les gros mots sont interdits, et la politesse est importante. À l’école, mes enfants côtoient leurs amis, qui peuvent dire des gros mots, qui peuvent être malpolis. Donc l’enfant s’habitue à cette différence-là. Il est comme un caméléon, poli et sans gros mot à la maison, mais dans la cour de l’école, il parlera comme les autres. L’enfant s’adapte à son environnement.

pommes

Le gout du voyage

Personnellement je suis une grande voyageuse. Et puis ma fille est partie vivre dans sur un autre continent. Alors au début, je trouvais ça triste. Mais évidemment c’est moi qui l’ai entraînée à ça.

Je l’ai amenée avec moi lors de mes voyages et puis ses frères. Nous avons voyagé ensemble, c’était génial.  Alors évidemment mes enfants aiment aussi voyager.

Eh bien voilà, c’est tout simplement parce que je leur ai donné le gout du voyage tout jeune. Je leur ai montré que les voyages sont géniaux. Ils sont la pomme qui tombe au pied du pommier.

Les lecteurs ont aussi lu : Maman-Taxi

L'apprentissage à l'école

Là aussi le parent a une très grande influence pour aider l’apprentissage à l’école. 

L’attitude du parent va être tellement importante sur celle de l’enfant à l’école. Si l’enfant est félicité pour son intelligence seulement, il n’apprendra pas à travailler. Tandis que si l’enfant est félicité pour son travail, alors il sera fier de travailler et montrer qu’il est capable de travailler.

Si le parent est tout le temps en train de critiquer l’école, les professeurs, l’enfant n’aura aucune confiance dans les services d’éducation. L’enfant va suivre le raisonnement du parent pour tout ce qui est en lien avec l’école.

L’habillement

Je me souviens parfaitement que mon garçon quand il avait 6-7 ans, il voulait porter les mêmes chemises que son papa. Nous influençons nos enfants sur le côté vestimentaire. Ma fille elle n’est pas portée à s’habiller chic, parce que personnellement je ne m’habille pas chic. Je ne me maquille pas, donc elle ne se maquille pas.

Évidemment que la tenue vestimentaire est fonction de la confiance en soi de l’enfant et aussi de ses goût ! Il y a des jeunes qui se cache derrière certaines couleurs comme le noir ou d’autres derrière du maquillage, mais il y a quand-même un lien avec l’influence des parents. Si la maman ne se maquille pas, sa fille n’aura pas envie de se maquiller puisqu’évidemment il n’y aura pas de maquillage à la maison.

La pomme ne tombe pas loin du pommier

Quoiqu’il arrive, le parent va exercer une énorme influence sur l’enfant. C’est quand même assez rare que l’enfant soit complètement en opposition aux habitudes du parent. L’enfant va être très sensible du début de sa vie jusqu’au moment où il part de la maison à notre façon de parler, de cuisiner, à notre manière de l’écouter, à notre sensibilité, à nos goûts et c’est normal ! Il est amené à côtoyer nos habitudes, notre façon d’être. Jusqu’à environ 20 ans, il est énormément influencé par les parents. Après 25 ans, le jeune adulte est influencé plus par son réseau, son amoureux(se), par ses loisirs. Mais la base elle est déjà là. Il sera à son tour un pommier !

Question du jour : Sur quel point votre enfant vous ressemble le plus ?

Amicalement, 

Sophie

pommes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Je vous invite à partager !

MONOPARENTALITÉ HEUREUSE

Bienvenue sur

mon blog !

Recevez, si vous le souhaitez, mon guide : 

« 3 étapes pour apaiser les conflits de séparation – divorce »