Je vous invite à partager !

Recevez gratuitement le guide :

« 3 étapes pour apaiser les conflits de séparation – divorce »

Séparation des parents : conséquences sur les enfants

J’ai rencontré en entrevue Anne, une éducatrice de la petite enfance, de 30 ans d’expérience. 

Elle nous dit sa façon de voir les choses sur la séparation des parents et les réactions des enfants. 

Une rencontre très riche, que je vais vous retranscrire ici même. 

Table des matières

Entrevue avec Anne - séparation des parents

Le contexte familial et la réaction de l'enfant

Anne : « La plupart du temps, au premier enfant, tout va bien, car la situation se gère bien. Quand il y a un deuxième enfant, c’est là qu’il commence à y avoir un problème d’organisation et surtout un problème d’entente sur l’éducation. 

En tant qu’éducatrice, je vois les familles et je vois leur évolution. 

Je garde d’abord le 1er enfant, et ensuite quand vient le 2e, le 1er est déjà rendu à l’école maternelle, la plupart du temps.

Si le 2e est plus agressif, ou bien que son sommeil change, ou encore lorsque des troubles alimentaires surviennent, je sais qu’il se passe quelque chose à la maison.

Alors je questionne les parents. Est-ce qu’il y a eu un décès de quelqu’un dans la famille ou d’un animal domestique ? Un déménagement ?

Mais la réponse est délicate, car les parents ne me diront pas qu’ils ont un problème dans leur couple, qu’ils se disputent souvent. Ça, ils ne me le diront pas. »

disputes séparation des parents

Sophie : « Donc toi comme éducatrice, comme personne externe, tu vois le comportement de l’enfant, comment il témoigne son angoisse, son mal-être, en fait. Tu sais qu’il se passe quelque chose dans la famille. 

Anne : « Je vois des signes de comportement de l’enfant, sans connaitre la cause, je l’apprends plus tard ! 

L’enfant extraverti peut devenir introverti, car il a de la difficulté à gérer ses émotions. Il entend des choses, il voit ses parents qui ne s’entendent plus mais il n’arrive pas à mettre des mots dessus. Il exprime donc à sa manière, en changeant son comportement. 

Je garde les enfants jusqu’à 3 ans, ils sont donc très jeunes. Ils ont de la difficulté à exprimer leurs émotions. Ce n’est pas volontaire, mais chaque enfant va l’exprimer différemment : 

Certains, dans la relation avec la nourriture, d’autres plus agressifs avec les amis, ou encore qui vont avoir des troubles du sommeil.

disputes séparation des parents

Les étapes de la séparation des parents

Anne : « Quand les couples ne vont pas bien déjà au premier enfant, certains vont quand même en faire un deuxième pour se « rattraper », pour recoller un peu les morceaux, pour voir si ça va mieux aller. 

C’est le deuxième qui va complètement renverser la vapeur, au lieu que le couple se recolle, il va se séparer encore plus. 

Même très très jeune, l’enfant ressent malgré lui les difficultés déjà existantes dans le couple. Sa présence va les amplifier. 

Sophie : « C’est la charge de travail qui augmente, la gestion familiale qui se complexifie, donc si les parents ne s’entendent pas sur certains points, cela va accentuer leurs mésententes. »

Anne : « Effectivement, en plus, avec le premier enfant qui rentre en phase d’opposition vers 2 ans, il faut gérer cette étape. 

C’est l’éducation normale, mais si le couple n’a pas de cohésion, eh bien tout se complique. 

L’enfant chez la « Nounou » va se défouler avec des comportements inhabituels. 

garderie

Sophie : « Quel est le rôle de l’éducatrice quand l’enfant vie des étapes difficiles ? 

Anne : « Il faudrait que les parents soient sincères avec les éducatrices, car nous avons l’enfant toute la journée. Comme personne externe à la vie familiale, nous pouvons prendre le temps de parler à l’enfant sur ce qu’il ressent, sur ses peurs, ses angoisses. 

Nous pouvons l’aider à relativiser ce qu’il voit ou entend à la maison. 

Si les parents se séparent, l’éducatrice peut rassurer l’enfant en lui disant qu’il ira dans la maison de Papa et dans la maison de Maman et que ses parents l’aimeront encore même si Papa et Maman ne s’aiment plus. 

Bref, l’éducatrice peut trouver le bons mots pour que l’enfant puisse se retrouver dans ses peurs. 

Quand on met des mots sur ses émotions, ça calme l’enfant. »

BIENVENUE

Sur mon blog

Monoparentalité Heureuse

où j’écris des articles sur la gestions des conflits, le bien-être des parents et des enfants, la parentalité, la vie de parents seuls, etc…

Contactez-moi pour des suggestions d’articles !

J’ai très hâte de vous lire !

L'importance de la discussion au cours de la séparation des parents

Sophie : « Donc ce que tu es en train de dire Anne, c’est le « non-dit » fait plus de mal que la vérité ? »

Anne : « Exactement ! Surtout envers les jeunes enfants. 

Les parents ne sont pas obligés de dire toute la vérité, dans les détails, mais il faut dire une vérité, quel est le mal-être familial ? Pourquoi les parents se disputent ?

Quand les parents se disputent sur l’organisation ou l’éducation, l’enfant comprend que c’est à cause de lui. Il se sent coupable de leurs disputes. 

Alors que le problème n’est pas l’enfant mais un problème de communication ou d’entente entre les parents. 

L’enfant doit comprendre que ce n’est pas sa faute. 

Attention, il ne faut pas dire toute la vérité, ce n’est pas bon non plus pour l’enfant de connaitre tous les détails, il n’a pas besoin de tout savoir. »

Sophie : « Quand le parent est pris dans la dispute, dans un stress de gestion de la famille, dans une séparation, c’est tellement difficile de parler avec l’enfant sur les causes véritables des disputes. »

Anne : « Oui, et c’est pour ça que je dis que le parent doit se confier à l’éducatrice, car nous avons un recul sur ce qu’il se passe et pouvons recadrer les choses avec l’enfant. 

Juste en parler, sans jugement, l’enfant voit qu’il est compris, que la communication passe bien aussi avec ses parents. 

Il a le droit de se sentir mal, de souffrir. Il faut l’autoriser à exprimer ses émotions. 

Ainsi, lorsque nous, adulte, pouvons mettre des mots sur son mal-être, l’enfant se sent rassuré. »

Sophie : « l’enfant comprend que la dispute ne le concerne pas »

Anne : « Effectivement, il réalise que ça ne le concerne pas directement, que ce n’est pas lui le problème. 

C’est très important qu’il ne se sente pas responsable. »

enfant - séparation des parents
photo Sophie Enné

Je suis Sophie

blogueuse sur les thématiques de : 

Saines habitudes de vie

et

Monoparentalité heureuse

Remplacer l'autre parent ?

Anne : « Quand le parent est seul, l’enfant ne doit pas prendre la place du conjoint

Par exemple quand l’enfant dort avec le parent, inconsciemment il prend la place du conjoint. 

Le parent seul ne doit pas reporter sur l’enfant la tristesse d’être seul ou le manque de l’autre parent. 

L’enfant ne doit pas colmater le manque affectif du parent seul. Ce n’est pas son rôle. 

Pris dans la tristesse, la séparation, le parent gère maladroitement, sans vouloir mal faire, mais reporte sur l’enfant un rôle qui n’est pas le sien. »

Mode d'emploi du parent

Anne : « Avant de devenir parent, il devrait y avoir des formations pour expliquer au futur parent, comment on grandit avec l’enfant, comment lui parler avec bienveillance, gérer les conflits, ne pas utiliser nos propres faiblesses pour les retransmettre à notre enfant : toute la psychologie autour de la relation parent – enfant.

Un peu comme les cours de psychologie lorsque l’on veut devenir éducateur de jeunes enfants. 

C’est un travail de toute une vie. On évolue comme parent au fil du temps, seul ou en couple. On devient parent avec son enfant. »

Nos lecteurs lisent aussi : Séparation et conflit, comment s’en sortir

Merci Anne, pour tes explications, ta vision de cette situation.

À très bientôt !

Sophie

À vous la parole !

Laisser nous un commentaire sur ce sujet : 

12 réponses

  1. Merci pour cet article. C’est vrai que pour l’enfant c’est un moment très difficile. C’est le devoir des parents de faire le maximum pour l’aider à le passer au mieux et en discuter avec les personnes proches de l’enfant pour que ce qu’il traverse puisse être reconnu et recevoir également de l’aide est, je pense primordial. Tout comme le dialogue entre parents…

  2. Un beau témoignage de cet éducatrice sensible à l’accompagnement de l’enfant. Le manque d informations, de formation évoqué en fin d’article est une réalité qui j’espère sera modifié dans les années à venir pour le bien être des enfants, mais aussi des parents !

  3. Tellement d’accord avec le fait qu’il faudrait un « cours » pour devenir parents… Certains enfants soufrent toute leur vie d’avoir eu des parents ne sachant pas s’occuper d’eux, c’est tellement triste. Et ce n’est souvent pas la faute des parents non plus, ils font du mieux qu’ils peuvent avec les outils qui sont les leurs mais qui ne sont pas suffisants !

  4. Bonjour Sophie,
    Merci pour cette article, je suis moi même divorcée avec 2 enfants et maintenant parent solo avec 2 garçons à la maison. La séparation s’est bien passée. Mais je suis entièrement d’accord avec Anne, même si nous essayons toujours de faire de notre mieux, une formation ne serait pas inutile pour appréhender les impacts sur notre façon de nous adresser à eux et de nos comportements.

  5. Article très intéressant sur le fait que quelqu’un affirme qu’avant d’être parent, on devrait apprendre à, ……
    ici on peut y mettre plein de choses. Alors qu’en règle général, devenir parents, est la suite logique entre 2 personnes qui s’aiment, 1 personne qui a un désir de parentalité, 1 accident (terme que je déteste, oh mince, on a fait l’amour par erreur, …) pour faire comme tout le monde, et le problème c’est que peu importe bonne ou mauvaise raison, il y a au moins toujours 1 des 2 parents qui n’a pas soigné certaines choses de sa propre enfance ou construction, et donc pas mal d’impact sur le futur enfant, et futur vie de parent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez gratuitement le guide :

« 3 étapes pour apaiser les conflits de séparation – divorce »


Je vous invite à partager !

MONOPARENTALITÉ HEUREUSE

Bienvenue sur

mon blog !

Recevez, si vous le souhaitez, mon guide : 

« 3 étapes pour apaiser les conflits de séparation – divorce »